Commune déléguée de FONTENELLE EN BRIE 02540
Commune nouvelle "DHUYS ET MORIN EN BRIE" Département : 02 - Pays : FRANCE

Qui n'a jamais vu une abeille ?


 Clipart image abeilles miel insecte voler Qui n'a jamais vu une abeille ?Clipart image abeilles miel insecte voler

 
A la belle saison, les abeilles sont présentes dans les fleurs, avec une grande quantité d’autres insectes butineurs.
 
L’abeille « Apis Mellifera », va récupérer le précieux nectar des fleurs qui est un liquide un peu sucré et plein d’arômes, et le ramener à la ruche. Avec l’aide des ouvrières, elles vont concentrer le nectar et le transformer en ce précieux liquide qu’est le miel et le stocker dans des alvéoles de cire, fabriquées par les mêmes ouvrières.
C’est là qu’intervient l’apiculteur, qui, en bon père de famille, récupère une partie du miel de la ruche, mais en laisse suffisamment à la colonie pour qu’elle puisse passer l’hiver et recommencer à butiner les fleurs le printemps suivant.
Il n’y a rien de plus apaisant que de surveiller le retour des abeilles à la ruche, dans un bourdonnement régulier. La butineuse, chargée de deux gros sacs de pollen, se pose d’un vol hésitant, voir hasardeux, à l’entrée de la ruche et entre rapidement pour se décharger du précieux pollen, qui, avec le miel, sont la nourriture des larves.
Si je vous parle aujourd’hui des abeilles, c’est que je pense qu’à Fontenelle, chacun peut avoir une ruche au fond de son jardin.
Les anciens élèves de l’école se souviennent sûrement des ruches de Monsieur Arnoult. Il n’y a pas si longtemps, il y avait quelques ruches un peu partout dans les familles et il en reste même quelques unes, à droite et à gauche, toujours peuplées, dont on n’extrait plus le miel, mais qui gardent vivant le souvenir du Grand-Père ou du vieil oncle apiculteur !
 
Alors, mangez du miel, et surtout, si l’envie vous vient de faire « votre miel », parlez-en à un apiculteur, il vous transmettra son expérience et sûrement le « virus » d’élever des « mouches à miel », c’est bon pour la santé et en plus c’est bon pour la planète.
 
Si un essaim vous ennuie, vous pouvez me contacter.
 
 
 
Photos et texte :
Jean-Paul VERNEAU